Archives





>> Recevez gratuitement les brochures de la bourse en ligne
Nom
Adresse Toutes les docs
Bourse Direct
Fortuneo
BinckBank

Prénom Code Postal
E-mail Ville
Téléphone    
Krachs boursiers

Un krach est une forte chute de la bourse. Le krach peut concerner une bourse locale ou toucher plusieurs places financières. L’économie étant aujourd’hui mondiale, les krachs se répercutent inévitablement à travers toute la planète.

Deux types de krachs peuvent être distingués. Le krach classique et le krach rampant. Le krach classique correspond à une chute brutale tandis que le krach rampant s’étale sur plusieurs semaines ou mois entamant chaque jour un peu plus le moral des investisseurs.

>> Le krach de 1929.

C’est le premier grand krach de l’histoire. Il a causé une longue période de dépression et la ruine de nombreux investisseurs. Il aura par contre eu le mérite de pemettre de tirer de nombreux enseignements sur les remèdes à appliquer en cas de krach.

L’aprés guerre et le développement du crédit provoque une ascenssion continue des marchés actions. Devant cette hausse ininterrompue du prix des actifs financiers, particuliers et organismes financiers s’endettent pour acheter des actions créant ainsi les prémisses d’une bulle.

De 1927 à 1929, le besoins croissants de capitaux font grimper les taux de 4 à presque 8%. A ce niveau, la situation n’est plus tenable et les coûts des capitaux sont supérieurs au rendements. Un cycle de vente s’enclenche alors de manière violente et tous les investisseurs se voient contraints de vendre au plus vite leurs actions. Le 24 octobre 1929, c’est la panique : tout le monde vend et la journée finit sur une chute de plus de 12% malgré l’intervention des banques. Les jours suivants seront terribles et les années suivantes aussi.

>> Le krach de 1987.

Le 19 octobre 1987, le DJIA chute de 22.6% contre 12.8% au plus fort de la crise de 1929. Pourquoi une telle différence alors que nous aurions du tirer les leçons de cette première crise ? La raison est à chercher du coté des logiciels informatiques. Tous les systèmes informatiques réglés sur le même modèle vendent à tour de bras alimentant ainsi la spirale baissière.

On retrouve ici les mêmes causes que pour le krach de 1929 : le robinet du crédit coule à flot pour la consommation et les investisseurs. Les ménages consomment à crédit et les investisseurs achètent à crédit. Tout celà aboutit à une hausse continue des marchés actions sur plusieurs années. Le lundi 19 octobre 1987, c’est la chute…

Les éléments déclencheurs ont été quelques jours plus tôt une hausse plus forte que prévu du déficit commercial US et un relèvement de taux de la bundesbank.

>> Le krach de 2000.

A l’origine de ce krach, on retrouve encore d’importants afflux de liquidités mais pas seulement. L’autre cause de ce krach est la spéculation.

Devant les prévisions fantastiques de croissance de nombreuses entreprises technologiques liées au développement de l’internet, les investisseurs se jettent sur tous les titres disponibles. De nombreuses actions technologiques doublent en quelques jours.

Attirés par ses hausses spectaculaires, tous les investisseurs se ruent sur les actions technologiques. C’est un peu la ruée vers l’or.

On aboutit ainsi trés vite à une surestimation délirante du prix des actions et à l’inévitable chute qui va suivre dès que la réalité reprendra ses droits.